Contexte au Togo

Le Togo connaît toujours de profondes difficultés en matière d’accès aux services de santé pour les femmes enceintes (faible taux de consultations prénatales (CPN) ou d’accouchements assistés par du personnel qualifié) et les enfants.

Selon les données de l’OMS de 2016 et 2017 : le taux de mortalité maternelle reste de l’ordre de 350 décès/100 000,
plus de 50 % des besoins en matière de planification familiale ne sont pas satisfaits, le taux de mortalité infantile est élevé (52/1000), plus du quart des enfants de moins de 5 ans ont une croissance retardée par la malnutrition

Les principaux indicateurs relatifs au VIH/Sida sont préoccupants (rapport 2017 du programme National de lutte contre le Sida) :
Prévalence nationale est estimée à 2,1% avec une nette prédominance féminine (58%) ;
Taux de séropositivité chez les femmes enceintes : 2,2% ;
Taux de Transmission du VIH d’une mère VIH+ à son enfant (incluant la période d’allaitement) : 19,5% ;
La couverture thérapeutique des adultes VIH+ est de 57%. Elle est de 30% chez les enfants <15 ans.

Nos Actions

L’intervention de l’OPALS au Togo se décline en 4 phases depuis 2007

2007 à 2010 – Phase 1 :
 Renforcement de la PTME dans 5 structures sanitaires identifiées par le PNLS 4 à Lomé (Hôpital de Bé, Centre de santé de Lomé, Centre Médico Sociaux d’Adidogomé et Agoé, Hôpital Saint Jean de Dieu Afagnan).
Achat par l’OPALS du premier appareil à PCR du pays (don au Laboratoire de Biologie Moléculaire et d’immunologie) permettant la mise en place du diagnostic précoce du Nouveau-Né de mère VIH+.

2010 à 2012 – Phase 2 :  
8 nouveaux sites (en plus des sites précédents) : 2 à Tsévié (CHR et Polyclinique), 1 à Afagnan (USP), 5 dans la Région des savanes (Polyclinique de Dapaong, Pédiatrie Vivre dans l’espérance, CHP de Cinkasse, CHR Dapaong, CHP Mango).

2013 à 2015 – Phase 3 :
Renforcement du dispositif avec un partenariat entre UNICEF et OPALS
Activités s’étendent à 5 nouveaux sites : CHP de Vogan, CHP d’Aného, Polyclinique d’Atakpamé, CHR Sokodé, Polyclinique de Kara.

2016 à juin 2020 – Phase 4 :
OPALS centre ses actions sur le district de Yoto (Région maritime) en y soutenant la SMNI et la PEC du VIH de 22 formations sanitaires du district par délégation du PNLS à OPALS pour soutenir la stratégie nationale en matière de PEC.

4 principales axes d’intervention

Le renforcement du plateau technique de ces sites en SMNI

L’accompagnement communautaire des femmes enceintes, mères, et enfants VIH+ via les Agents de Santé Communautaire Femmes formées et outillées

Le renforcement des compétences des ressources humaines au niveau des sites (PTME et PEC VIH)

Le suivi-évaluation régulier sur ces sites (tutorat)

Les résultats issus de ce programme dans le Yoto sont très encourageants :

– Le passage de 3 à 22 le nombre de sites de prise en charge des PV VIH dans le Yoto.

– La réduction significative du nombre des femmes et des enfants PTME perdus de vue : 1,6% (5/304) en fin 2019

– L’amélioration des compétences du personnel soignant par le tutorat (Yoto classé district N°1 au Togo en matière de délégation de tache en PEC VIH)

– La prise en compte de la stratégie OPALS dans le nouveau plan national (2017 – 2022) de l’E–TME en matière de PTME communautaire

– L’évaluation satisfaisante du programme dans le Yoto par la Mairie de Paris.

Au regard de ces résultats, le projet sera dupliqué dans un autre district sanitaire du Togo (district des Lacs) à partir de juillet 2020.

La lutte contre les faux médicaments

En mai 2017, OPALS a mené, en collaboration avec le ministère de la Santé et le Conseil  national l’ordre des pharmaciens du Togo, un recueil des échantillons des médicaments en consommation et en circulation dans le district sanitaire de Yoto. Les médicaments (comprimés, gélules, capsules) recueillis sont actuellement en cours d’analyse.

Création de l'association OPALS Togo

Après 12 années d’actions non interrompues au Togo et afin d’assurer la pérennité les acquis de l’ONG OPALS au Togo, l’association de droit togolais « OPALS TOGO » a été créée et enregistrée au Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales sous le numéro 0943 du 25 octobre 2019.
Elle est régie par la loi n°40-484 du 1er Juillet 1901.

Notre Actualité

S'inscrire à la Newsletter