Aller au contenu

S’informer sur les faux médicaments

Le trafic de médicaments falsifiés est un « double crime : crime contre la santé, et crime contre la société, car il frappe les plus pauvres parmi les malades ». Dès 2009, le Président Jacques Chirac lançait au Bénin, avec de nombreux Chefs d’Etat africains, l’Appel de Cotonou contre les faux médicaments, premier appel politique à affronter ce fléau, et point de départ d’un plaidoyer mené sans relâche par sa fondation durant plus de 10 ans, au plus haut niveau.

Dans la continuité de l’engagement de la fondation Chirac, l’OPALS se mobilise en faveur de la sensibilisation de tous à cette menace croissante. La recherche et l’information sur les faux médicaments sont cruciales pour mieux comprendre ce trafic et le combattre efficacement. Dans cet objectif, l’OPALS vous donne accès ci-dessous aux dernières actualités, alertes de l’Organisation Mondiale de la Santé, rapports des institutions, publications scientifiques, outils juridiques et articles généralistes sur le trafic de faux médicaments.

Actualités

Menée du 23 au 30 juin 2022 par 94 pays sur tous les continents, la quinzième édition de l’opération mondiale PANGEA, coordonnée annuellement par Interpol contre le crime pharmaceutique, a abouti à la saisie de plus de 3 millions d’unités de produits médicaux illicites ou falsifiés, d’une valeur estimée à 11 millions de dollars. Plus de 4 000 liens Internet proposant des produits illicites ont été fermés. Les stimulants sexuels représentent environ 40% des produits saisis. Par ailleurs, les forces de l’ordre d’Australie, Argentine, Malaisie et des Etats-Unis ont mis la main sur 317 000 kits de test de la covid-19 non autorisés.

Quatre lots falsifiés d’Intratect, immunoglobuline humaine normale utilisée dans le traitement de déficiences immunitaires graves ou de certaines pathologies inflammatoires sévères, ont été repérés à quelques mois d’intervalle dans 4 pays, sur 3 continents. La falsification a été confirmée. S’agissant d’un médicament injectable par voie intraveineuse chez des malades dont les défenses sont affaiblies, les professionnels de santé sont appelés à la plus grande vigilance pour identifier et signaler d’éventuels produits suspects toujours en circulation.

Deux lots de Remdesivir (DESREM) falsifié ont été signalés par l’Organisation Mondiale de la Santé en Inde et au Guatemala. Le Remdesivir est un antiviral à large spectre, injectable, autorisé dans certains pays pour le traitement de la covid-19. Les analyses conduites ont révélé l’absence de principe actif dans les lots falsifiés. Les numéros de lots présentés sur les flacons sont authentiques mais les dates d’expiration falsifiées. En outre, les étiquettes comportent plusieurs erreurs d’orthographe et des incohérences dans les polices et couleurs d’écriture.

Trois lots de Xarelto falsifié ont été identifiés par l’agence de sécurité sanitaire mexicaine, qui appelle la population et les professionnels de santé à la vigilance. Des irrégularités ont été repérées sur le conditionnement mais aussi dans la composition des comprimés.

Sous l’égide des deux institutions policières, les forces de l’ordre et les agences de régulation de vingt pays d’Afrique se sont mobilisées durant deux mois pour lutter contre le crime pharmaceutique et démanteler les trafics. Antiépileptiques, antibiotiques, antiinflammatoires et analgésiques figurent parmi les principaux produits saisis. En revanche, en dépit d’une vigilance accrue, peu de médicaments et vaccins anti-covid falsifiés ont été identifiés.

Des échantillons du sérum anti-rabique Equirab falsifiés ont été identifiés aux Philippines, menaçant gravement la santé des malades. La rage peut être prévenue par la vaccination ou l’administration de sérum après exposition. Mais en l’absence d’une telle prévention, elle est mortelle dans 100% des cas et demeure un lourd fardeau aux Philippines, où 200 à 300 personnes en meurent chaque année.

RAPPORTS

Ouverte à tous les pays, membres ou non du Conseil de l’Europe, la Convention Médicrime est le premier outil juridique international qui criminalise le trafic de faux médicaments, encourage l’harmonisation des législations et la coopération transfrontalière contre ce fléau.

La directive vise à sécuriser le circuit des médicaments dans l’Union Européenne par le renforcement de la traçabilité (sérialisation) et l’apposition de dispositifs d’inviolabilité sur les boîtes de médicaments.

Complémentaire de la Convention Médicrime, le guide de l’ONUDC est un outil pratique d’aide à la rédaction, la modification ou la révision de textes de loi visant à lutter contre le trafic de médicaments falsifiés.

S'inscrire à la Newsletter