Gabon

Prévention primaire du VIH et Décentralisation de la Prévention de la Transmission Mère-Enfant (PTME)

Centres de santé de Nzeng-Ayong, London, Okala et l’hôpital Egypto gabonais

 

Contexte

Le Gabon a la prévalence nationale de l’infection par le VIH la plus élevée de la sous-région, de l’ordre de 4% en 2015. La pandémie reste hautement féminisée avec un pourcentage de contamination de 5,8% contre 2,2% chez les hommes.

L’OPALS a créé en 2001, en partenariat avec la Croix-Rouge française, le premier Centre de prise en charge thérapeutique du VIH dans le pays, le Centre de Traitement Ambulatoire (CTA) de Libreville. Aujourd’hui, plus de 5 000 patients y sont suivis, dont 60% sont sous trithérapie antirétrovirale (ARV). Sur ce modèle initial, la politique nationale de lutte contre le VIH /SIDA a mis en place un CTA dans chacune des neuf provinces du pays. Ce dispositif centralisé de CTA, centres de référence, doit être compété au niveau des structures secondaires, qui ont la responsabilité du suivi des grossesses, afin que ces dernières soient en mesure de prendre en charge tout le processus PTME.

 

L’OPALS, soutient d’une part quelques unes de ces structures secondaires à Libreville, et, d’autre part, en partenariat avec l’ONUSIDA, développe des programmes de prévention, de dépistage, et d’information.

 

 

hospitalisation sages-femmes santé mère Gabon

Les sages-femmes dans une salle d’hospitalisation d’un centre de santé partenaire de l’OPALS à Libreville.

 

Actions

Le programme est régi par une convention de partenariat signée avec le Programme de Lutte contre les IST (PLIST), l’organe exécutif référent du Ministère de la Santé. Dans ce cadre, l’OPALS:

  • Soutient 4 maternités de la périphérie de Libreville pour décentraliser à leur niveau la PTME du VIH.
  • Consolide ses partenariats avec la société civile notamment le Centre d’Information d’Ecoute et Conseil (CIEC) et l’Association Medzou Santé+ (AMS+ : association créée en juin 2013, dont l’objectif est de soutenir des jeunes VIH+ en organisant des session d’accueil et de prévention participatives)
  • Effectue des activités de sensibilisation VIH et IST.

 

Quelques Chiffres :

  • En 2015, 4 227 femmes enceintes ont étés vues en première consultation prénatale (CPN1).
  • Le taux de dépistage VIH a été de 80%.
  • Le nombre de femmes VIH+ en CPN1 est de 143, soit une prévalence de 4,5%. 

 

La décentralisation dans les centres de santé et l’accompagnement communautaire permettront un meilleur suivi des femmes enceintes VIH+ et de leur NN. C’est une priorité pour 2016. De plus l’OPALS contribue à améliorer la qualité des prestations en poursuivant les formations (personnel soignant, médiatrices communautaires).

 

Par ailleurs, un soutien social et communautaire a été assuré pour les familles les plus démunies:

  • Soutien à l’immatriculation des femmes enceintes au niveau de la CNAMGS.
  • Fourniture de kits pour les NN.
  • Organisation de groupes de parole et visites à domicile régulières.
  • Former de nouveaux relais communautaires.

 

 

En savoir plus 

L’équipe

 

Archives

Collaboration avec la marque FreshCollabs

Nos Equipes à Libreville, Gabon : Portraits

 

Photos Programme Gabon